Vous pouvez cliquer sur n'importe quelle image pour l'agrandir. Pour revenir au blog, cliquez à côté de l'image agrandie. Bonne visite, et merci pour votre commentaire si vous ressentez l'envie de laisser une trace de votre passage.


mardi 17 juillet 2012

Le Droit à la santé

"Grâce à la production de médicaments génériques, un an de traitement antirétroviral pour un enfant séropositif coûte 112 €, soit moins de 10 € par mois."
Si Novartis (laboratoire pharmaceutique Suisse) gagne le procès intenté actuellement contre le gouvernement indien, les malades qui dépendent des génériques pour rester en vie perdront bien plus qu'un simple procès. Le gouverment indien, malgré l'obligation qui lui est faite en tant que membre de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) d'introduire des brevets sur des médicaments, conserve dans sa loi des dispositions indiquant que "les nouvelles formes ou nouvelles utilisations de substances déjà connues ne peuvent pas être brevetées SAUF si elles démontrent une réelle amélioration de l'efficacité thérapeutique".
En 2006, le laboratoire pharmaceutique NOVARTIS s'était vu refuser une demande de brevet pour un médicament anticancéreux déjà disponible en version générique en Inde pour 200 dollars par patient et par  mois, contre 2 600 dollars à la même période aux Etats-Unis (!!!!!!).
En 2006 toujours, plus de 500 000 personnes avaient signé une pétition pour demander à Novartis d'abandonner son procès contre le gouvernement indien que finalement le laboratoire a perdu en appel en juin 2009. Mais deux mois plus tard, le laboratoire remet cela et il s'agit cette fois de préciser l'interprétation des termes "efficacité thérapeutique". Cette nouvelle action en justice débute en ce mois de juillet 2012.
Si Novartis parvient à affaiblir l'interprétation des termes "efficacité thérapeutique" de la loi  indienne, le pays sera forcé d'accorder beaucoup plus de brevets qu'il ne le fait actuellement. Cela pourrait mettre un terme définitif à la concurrence des génériques sur plusieurs médicaments essentiels et avoir un impact immédiat et dévastateur pour les millions de personnes qui vivent grâce aux médicaments génériques indiens dans les pays en développement.
Une nouvelle campagne de mobilisation est lancée sur les réseaux sociaux (fb, twitter, autres,...) ; vous pouvez rejoindre cette action de mobilisation et ces réseaux en cliquant sur ce lien :
www.msf.fr/stop-novartis/
Je suis personnellement déjà "donateur" chez MSF et malgré tout ce que j'entends parfois, je pense qu'il est bien que des associations telles que MSF, Médecins du Monde, SOS Médecins, la Croix Rouge, le Secours Catholique, Populaire, Emmaüs, etc. existent (et je n'oublie pas Amnesty International, GreenPeace,... chacun ou chacune ayant son propre champ d'action). Ca peut donner du sens à la vie de certains qui n'en trouvent plus beaucoup (eh oui, aider l'autre peut aussi ETRE un acte non désintéressé pour son ego mais tant mieux, cela aide deux personnes à la fois) et surtout cela permet à des individus(*) de continuer à vivre, ou espérer bénéficier un jour des mêmes chances basiques de la vie pour lui, elle ou pour ses enfants : la santé, l'hygière, la scolarisation (education) -
(*) car on parle souvent de "peuples", de "populations",... mais on oublie que chacun-chacune dans ces "peuples" ou "populations" est un individu comme vous ou moi, avec ses joies, ses peines, ses souffrances, ses drames souvent, dans des pays que l'on dit en développement mais que beaucoup n'aimeraient pas voir émerger pour des raisons tout à fait évidentes.