Vous pouvez cliquer sur n'importe quelle image pour l'agrandir. Pour revenir au blog, cliquez à côté de l'image agrandie. Bonne visite, et merci pour votre commentaire si vous ressentez l'envie de laisser une trace de votre passage.


samedi 12 janvier 2013

Découverte et souvenir(s)...

Grâce à Frédéric que je remercie, je viens de découvrir un nouveau blog (nouveau pour moi, vous l'aurez compris). Je viens de l'ajouter à ma liste de blogs à droite ("Petit détour par...") mais vous pouvez vous y rendre dès maintenant en cliquant sur le lien inséré dans ce message. C'est un espace empli de créativité, merveilleux et paisible, et  encourageant pour vous lancer dans la peinture. Quelques citations aussi que j'ai pris le temps de lire et que j'ai beaucoup appréciées. 
"Se lancer dans la peinture sans savoir dessiner", c'est exactement ce que j'ai fait et que je continue à faire. Je ne suis pas une dessinatrice, je n'ai pas appris le dessin et je manque de tout un tas de "techniques" de bases. Un jour, j'ai voulu apprendre (sans doute pas trop fort, sinon je l'aurais fait (rires)). Je  suis allée voir un professeur dans une école des beaux-arts de la ville où je résidais alors. Je lui ai montré mes travaux et je lui ai dit que je voulais apprendre à dessiner. Je regardais ébahie dans son atelier des hommes et des femmes installés devant des chevalets ou des feuilles de papier pour aquarelle, parmi lesquels  une femme en particulier qui avait réalisé à l'huile une oeuvre plus vraie qu'une photographie. Je me souviens qu'elle avait peint une énorme botte de foin. Des moissons ? J'étais admirative et même au-delà.
Le professeur (qui animait cet atelier) m'a regardée et dit : "Vous savez, il y a aujourd'hui de très bons appareils photos. Alors êtes-vous sûre que cela vaille vraiment la peine de faire ce que peut faire la technique ?" (c'était en 1991). "Par contre, dans ce que vous  m'avez montré, il y a vos tripes. Et cela, aucune technique moderne ne  peut le rendre." "Parfois", a-t-il ajouté, "se former c'est déformer. Continuez à peindre avec vos tripes." Sans doute cela m'arrangeait-il de le croire (paresse de ma part) et je suis donc repartie sans m'être inscrite à son cours. Et j'ai continué, malgré le fait de me dire régulièrement que... quand même... si j'avais appris... (les bases du dessin, les perspectives, ...)
Bien entendu, je reste encore et toujours totalement admirative de ceux et celles qui réussissent le prodige de rendre avec leurs crayons et leurs pinceaux une image où l'on se sent obligés de s'approcher tout près pour voir (et quelquefois même l'oeil ne nous renseigne pas tellement c'est bien fait) si il s'agit d'une reproduction à l'aide d'un médium (huile, gouache, aquarelle) ou d'une photographie tellement c'est plus vrai que  nature.
Pour en revenir à l'anecdote de l'atelier, j'ai continué sans formation,  mes expériences ETANT ma formation, mais depuis plusieurs années je peins moins - voire plus du tout - et surtout plus du tout avec mes tripes comme il me l'avait si bien dit (à cette période de ma vie la peinture était ce que l'on peut appeler une passion, je me réveillais avec ce désir qui me tenaillait au corps), et je ne dispose plus et/ou pas toujours ni du temps, ni de l'énergie : peindre pour moi est énergitivore, cela me vide totalement, je ne sais pas l'expliquer. Par contre, lorsque je réalise une petite aquarelle rapidement dessinée et surtout "peinte" car je fais la distinction entre peindre et dessiner, cela me permet souvent de tout oublier, et même me ressourcer, comme peut le faire un enfant très naturellement lorsqu'il est affairé à une activité ou à un jeu. Je suis alors dans l'instant. Excellent exercice pour faire le vide de pensées.
 
L'une de mes premières toiles (huile sur toile)

En 1993 - donc après la petite visite dont je parle plus haut

Une toile où j'ai répondu à un genre d'appel du ventre vers 3 heures du matin cette nuit-là. il y a déjà 10 ou 11 ans (je n'ai plus l'année en tête). La toile a évolué depuis cette photo, rassurez-vous (rires).

Huile sur toile. 2008
Là c'est écrit dessus, 2008. Le portrait d'un ami. Il l'a emporté tel quel, ravi du résultat. Je ne sais pas pourquoi mais je n'ai jamais eu envie de mettre le costume, la chemise et la cravate en couleur. Je trouvais que c'était ainsi et pas autrement que j'avais envie de peindre le portrait de cet ami (à son insu au départ, d'après une photo que je  m'étais procurée).
 
Allez, une petite aquarelle pour la route ? il faut que je replonge dans mes fichiers et la télécharge sur Picasa puisque le problème que j'avais mentionné il y a une semaine n'a pas été résolu par Blogger.
 
 
Et puisque ce qui compte plus que la destination est le voyage, alors bon(ne) "journey". (et bonne journée - jeu de mots sur la phonétique - vous l'avez compris).